Une petite histoire d’auto-guérison

Quand j’étais enfant, je vivais dans une ferme. Les chats étaient bienvenus dans la ferme, mais n’avaient pas le droit d’entrer dans la maison. Certains d’entre eux auraient bien aimé, pourtant!

Ainsi, chaque fois que ma mère ouvrait la porte du garage pour y rentrer la voiture, une des chattes se faufilait dans le garage qui communiquait avec la maison. Pour éviter de se faire chasser, elle n’essayait pas de rentrer quand on ouvrait la porte du garage. Elle se faufilait juste avant la voiture.

Or, un jour, elle a mal calculé son coup et ma mère lui a roulé dessus. Tant bien que mal, elle s’est enfuie dans la bergerie et nous n’avons pas réussi à la retrouver. J’étais inquiète parce que je l’aimais beaucoup et je pensais qu’elle était partie se cacher pour mourir…mais non! Seulement trois semaines plus tard, elle est réapparue, boitant légèrement, mais en parfaite santé. Elle s’était rétablie toute seule, sans aide extérieure, en tout cas humaine!

Circulation du Ki

Au préalable, je précise que les traditions chinoises et japonaises considèrent que chaque être vivant a de l’énergie vitale (aussi traduit par “souffles”) en lui, sinon, il serait mort. Ce concept d’énergie vitale, ou de souffle, prend différents noms selon les pays ou les traditions. Par exemple, au Japon, il est appelé Ki, en Chine Qi ou Chi, en Inde, Prana, en occident, magnétisme ou bio-magnétisme.

Or, lorsque la circulation du Ki dans notre corps est harmonieuse, nous sommes en parfaite santé et pleins de vitalité. Par contre, lorsque l’inconfort, le malaise ou la maladie surviennent, c’est généralement qu’il y a un déséquilibre du Ki dans un endroit du corps.

Santé = flux harmonieux de Ki

Or, chaque être vivant a la capacité de rétablir un flux harmonieux de Ki et, ce faisant, de transformer ses propres malaises.

Avant d’aller plus loin, j’ouvre une nouvelle parenthèse. Les malaises se créent et se transforment en permanence dans notre corps physique. Le plus souvent à notre insu. En effet, chaque changement dans notre environnement extérieur (température, choc, “information”, émotion, etc.) vient perturber l’équilibre que le corps essaie d’atteindre. Cela a pour effet de créer une sorte de stress (plus ou moins intense, en fonction de la capacité d’adaptation de chacun).

Selon moi, suite aux enseignements que j’ai reçus, notre réponse à ces stress sera d’autant meilleure que nous aurons adopté au préalable de saines habitudes de vie. En effet, toute la préparation induite par la discipline que nous aurons mise en place nous permettra de mobiliser plus efficacement nos propres ressources. Autrement dit et tellement mieux que moi par Élisabeth Rochat de la Vallée, dans “les 101 notions-clés de la médecine chinoise” il s’agit d’entretenir “l’art de rester en harmonie avec tous les souffles, sans cesse changeant, du cosmos, de réagir de façon équilibrée et appropriée à tout ce qui se présente : froid et chaud, deuil et bonheur, situations habituelles ou crises…”

C’est ce qu’illustrait ma petite histoire du début. Certes, on pourrait se demander si un humain serait capable d’une telle prouesse en matière de mobilisation de ses propres ressources.

Cependant, si vous y réfléchissez un peu, n’y-a-t’ il pas plusieurs situations dans lesquelles votre corps s’auto-guérit sans intervention extérieure? Il peut s’agir d’un simple rhume, d’une coupure, d’une brûlure légère. Un jour, la maladie ou le symptôme a disparu de lui-même, sans que vous y ayez apporté de soin particulier.

L’autoguérison favorisée par les “Zen” habitudes de vie

Ainsi, dans un processus d’auto-guérison, le corps est capable de rétablir l’équilibre de l’énergie vitale de lui-même. Bien entendu, avant de parler d’auto-guérison, c’est-à-dire de disparition d’un malaise ou d’une maladie, il est utile je crois de parler de prévention.

En effet, il ne fait de doute pour personne que les saines habitudes de vie (par exemple: hydratation, alimentation saine, exercice physique, sommeil, massage), favorisent la circulation de l’énergie. Donc, elles soutiennent le système immunitaire et préviennent les maladies.

Autrement dit, s’il y a maladie, c’est qu’il y a un grand déséquilibre dans la circulation du Ki, qui a poussé le corps a lancer des feux de détresse sous forme d’une maladie. Précédemment, il avait déjà dû envoyer des signaux de fumée que nous avons préféré ignorer, parce que, quand même, nous y tenons à notre verre de vin, notre steak bien gras et notre pâtisserie sucrée et colorée. J’exagère à peine. Car, nous savons tous combien il est difficile d’abandonner une mauvaise habitude, même quand nous savons qu’elle nous est nuisible.

Et la santé dans tout ça?

Selon l’OMS, la santé « n’est pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité », c’est un état de « complet bien-être physique, mental et social. »

Bon bous voyez, cela fait du sens avec tout ce que j’ai écrit auparavant! Bien entendu, nous arrivons rarement à un état COMPLET de bien-être. C’est plutôt un objectif à atteindre, de paix, d’équilibre. Et pour l’atteindre, nous ferons un certain nombre d’apprentissages, qui justifieront au passage notre vie sur Terre.

Car, nous ne sommes que de passage sur la Terre dans cette incarnation. Avant notre conception, nous étions des particules d’énergie libres. Pendant, nous sommes une concentration de particules d’énergie. Après, nous redeviendrons des particules en liberté. Donc, quoi que nous en pensions, nous avons quand même la chance de vivre pour une certaine période de temps dans un corps physique, qui est un véhicule pour notre âme. Je sais que, pour certaines personnes, le véhicule est plus lent, plus lourd, plus abîmé ou plus vieux que pour d’autres. J’ai eu l’occasion de faire des massages à des personnes paraplégiques, donc je mesure chaque jour la chance que j’ai de pouvoir bouger mes 4 membres, sans douleur.

Cependant, je crois que nous devons apprendre à prendre soin de notre véhicule, pour qu’il puisse nous accompagner tout au long du chemin, le plus loin possible et…parce que c’est le seul que nous avons! Et moi, je considère que je suis utile sur cette terre si je peux aider des personnes à prendre soin de leur véhicule.

Ce que j’ai mis en place personnellement

De ma propre expérience, j’ai constaté à plusieurs reprises que je tombais rarement malade, même lorsque j’étais en contact avec des personnes malades au bureau par exemple. Le rhume avait circulé d’une personne à l’autre, mais s’était arrêté à ma porte sans m’atteindre. En plus, à quelques exceptions près, j’avance dans la vie avec un optimisme certain.

Du coup, j’ai fait le parallèle avec le fait que, contrairement à d’autres, je me déplace à pied ou en vélo, je bois de l’eau filtrée, je mange des légumes à tous les repas, je consommais peu de sucres raffinés, etc.

Sans compter qu’à tout cela s’ajoutent mes pratiques de yoga, auto-massages, respiration, méditation et auto-empathie.

Pour moi, le yoga ou la respiration consciente favorisent la circulation de l’énergie sur le plan physique, par l’enchaînement des postures et l’attention donnée à la respiration.

De son côté, l’auto-empathie agit sur le plan émotionnel. En effet, l’origine du mot « émotion » vient du latin « emovere », qui signifie « mettre en mouvement ». Or, nos conditionnements et de nombreuses situations dans notre vie nous amènent à contenir ou à cacher nos émotions. Comme une émotion bloquée ou ignorée est totalement contraire à ce qu’elle est supposée être, elle va se manifester dans le corps par un autre biais : tensions, douleurs, etc. L’auto-empathie, ou écoute bienveillante de soi, permet de donner de l’attention à cette émotion et donc, de la remettre en mouvement.

C’est pas un peu beaucoup tout ça?

Pour ma part, j’aime expérimenter. Donc, j’essaie des choses, que je garde ou que j’abandonne, si elles ne correspondent pas à ce que je recherche. Mais j’en ai gardé beaucoup! C’est cela qui me permet d’en parler.

Et d’après vous?

Néanmoins, je crois que parfois, une ou deux bonnes habitudes suffisent. Alors, je suis curieuse de savoir lesquelles vous avez adoptées pour vous aider à avancer vers le bien-être.

Sources:

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *