Je fais suite à l’article que j’ai publié avant-hier, au sujet du programme de 21 jours proposé par Arnaud Riou, dans son livre :  « Réveillez le chaman qui est en vous ». Comme prévu, je vous invite à pratiquer demain avec moi la première étape.

Pour le premier jour, il s’agit de couper le pilote automatique.

Pilotage automatique. Photo David Mark de Pixabay

En effet, dans notre quotidien, nous posons certaines actions machinalement et prenons un certain nombre de décisions par habitude. Quelques fois, parce que nous l’avons toujours fait et que cela semble fonctionner pour nous. D’autres fois, parce que nous répondons inconsciemment à une façon de faire collective ou culturelle. Hum, c’est peut-être la même chose, finalement!

En conséquence, ce genre d’actions et de décisions ne sont pas toujours bonnes pour nous. De plus, elles nous font passer à côté du mystère de la vie.  Et qui veut passer à côté du mystère de la vie, franchement?

Mettre de la joie dans tout

Alors, essayons, pendant cette journée, de faire les choses comme si c’était nouveau pour nous. Un peu comme lorsque nous étions enfants et que nous mettions de la gaieté dans le moindre de nos actes. Renouons avec l’émerveillement et la poésie que nous offrent la vie. Même confiné dans notre quotidien.

Par exemple, pour une enfant de 3 ans comme le modèle que j’ai à la maison, mettre la table ou jouer à la dînette est tout aussi amusant. De même que cueillir des pâquerettes pour préparer une salade. Bon, je ne mange pas les pâquerettes, mais quelle est la différence entre le jeu et la corvée? Souvent, seulement le regard! En plus, je viens d’apprendre que les pâquerettes symbolisent l’enfance. Donc, j’ai choisi un exemple on ne peut plus à propos. Ah! Je suis déjà prête pour le programme de demain!

Paquerettes, symboles de l’enfance. Image by S. Hermann & F. Richter from Pixabay

Décider vraiment avec notre cœur

Si on ajoute que les pâquerettes portent aussi la joie d’aimer, je suis complètement dans le sujet!

Donc, pour cette première journée du programme, prenons des décisions en fonction de ce que nous dictent notre cœur et/ou notre intuition. Oublions agenda et « to do list ». Autrement dit, retrouvons notre libre arbitre et faisons des activités que nous aimons, dans les conditions qui sont les nôtres. Choisissez des plaisirs simples et accessibles, même s’ils sont un peu extravagants. Personne ne vous verra de toute façon. Par exemple, vous pouvez vous déguiser en pâquerette. 

D’ailleurs, juste pour cette journée, préalablement à toute activité, posez-vous la question : est-ce que ce que j’entreprends me tient à cœur?

Comment le savoir?

Ainsi que le suggère Arnaud Riou, pour connaître la réponse à une telle question, une bonne pratique est de poser sa main au niveau de la poitrine. Ensuite, de poser la question et d’écouter ce qui se passe. Si la situation est juste pour nous, le corps se détend, la respiration se fluidifie. Si elle ne l’est pas, le corps va montrer des signaux de tension, comme crisper la mâchoire ou bloquer la respiration. Voilà, comme je le dis toujours, le corps sait écouter le cœur et l’intuition!

Quand je n’entends rien parce qu’il y a trop d’émotions

Ce qui suit n’est pas dans la proposition d’Arnaud Riou, mais je le relate parce que cela peut aider.

En effet, aujourd’hui, j’ai accompagné quelqu’un qui avait besoin de connaître ce que lui « disait son cœur ». Seulement, à ce moment-là, le centre de sa poitrine était le siège d’émotions intenses. Du coup, elle n’entendait qu’un « bouillonnement ». Alors, je l’ai invitée tout d’abord à écouter ce bouillonnement, pour pouvoir le laisser circuler. Or, juste le fait de le mentionner a suffit à le réduire. Ensuite, je lui ai demandé s’il y avait un autre endroit dans son corps où elle se sentait parfaitement calme et apaisée. Elle m’a dit que c’était dans son ventre. Donc, je lui ai dit d’amener sa conscience dans son ventre. De vérifier que cet endroit était doux et relaxant comme l’eau d’un lac au petit matin, puis de poser la question qui la taraudait.

Un endroit calme et apaisant pour la clarté. Photo Dirk Oberjasper de Pixabay

Ensuite, la réponse lui est parvenue très clairement avec une image. Eh oui, cela peut être aussi simple que cela!

Le mot de la fin

Pour finir, je vous laisse méditer sur ce petit rappel de chamane:

« Personne ne sait mieux que moi ce qui est bon pour moi. »

Arnaud Riou

Source: 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

Attitude du chamane: présence et respiration - Les clefs du Ki · 13 avril 2020 à 09:50

[…] moi, ce pas se rapproche du premier, tout en l’approfondissant. En effet, il s’agit de ralentir suffisamment notre rythme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *