Faire un bon usage de la parole est la septième clef pour adopter l’attitude du chamane. En effet, depuis une semaine, je marche dans les pas du chamane Arnaud Riou.

Chaque jour, je tente d’appliquer les outils qu’il partage dans le programme de 21 jours extrait de son livre « Réveillez le chaman qui est en vous ».

Ensuite, j’essaie humblement de retranscrire l’enseignement que j’en ai tiré. 

La parole: outil sacré

Donc, le septième pas consiste à user du mot avec justesse. Bon, ce n’est pas le plus facile pour moi. Surtout qu’en ce moment, les échanges avec l’extérieur étant limités, la sphère pour s’entraîner est un peu réduite. Sans compter que cette sphère est réduite à mes proches…

Ainsi, Arnaud Riou rappelle que la parole peut être modulée pour accompagner ce que l’on veut transmettre par les mots. En effet, grâce à notre verve et à la musicalité de notre verbe, nous pouvons exprimer l’amour, la joie, la consolation, la volonté de rapprochement, que sais-je?

La parole peut exprimer la douceur. Photo MabelAmber de Pixabay

A contrario, nous pouvons aussi verser l’acide de nos basses vibrations sur l’autre, juste avec les mots et le ton employé. Ah! Tout le mal que l’on peut dire!

Sans compter qu’au-delà des mots, quand nous parlons ou chantons, nous transmettons aussi une intention, la fréquence de l’énergie à laquelle nous vibrons. Bref, faire vibrer nos cordes vocales n’est pas anodin!

La parole peut être chantée pour plus d’intensité. Photo Rob Slaven, Pixabay

Comment remplir notre verbe de sagesse?

Voici le décor planté. Comment s’y prendre pour que notre parole reflète la sagesse que nous voulons y mettre? Comment faire pour que les mots ne dépassent pas nos pensées? Pour que l’intensité sonore soit juste, etc.?

Prendre conscience de la musicalité de notre parole

Dans un premier temps, il s’agit de prendre conscience du rythme de notre voix, de son volume sonore et de son timbre

Une fois que vous avez identifié que vous parlez trop vite, trop fort ou pas assez, apaisez-vous en mettant une main sur votre ventre. Respirez en parlant. 

Réaliser que notre parole est précieuse

Il est prouvé que les mots portent une charge émotionnelle. Non seulement, ils montrent notre humeur, mais peuvent également l’influencer. Donc, nous pouvons choisir nos maux mots pour augmenter notre énergie vitale. Par exemple, quand nous nous plaignons, que nous critiquons ou que nous potinons, nous faisons baisser notre fréquence vibratoire. Mais, bon, personne parmi nous ne fait cela, je l’ai juste mis pour la forme!

C’est pourquoi, avant de parler, assurons-nous que notre parole va faire du bien à la personne à qui nous l’adressons, sinon, abstenons-nous! Oui, je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire. 

Utiliser la parole pour faire du bien. Photo Image StockSnap, Pixabay

Économiser notre parole! 

Comme dans l’article sur le silence, Arnaud Riou suggère de préférer le silence à la parole en cas de doute. Autrement dit, parlez quand votre parole fait une différence au moment opportun. Sinon, gardez le silence. Puis respirez dans le silence et attendez que la parole juste se présente d’elle-même!

Le bonus

Avoir l’usage de la voix est une chance. Ne serait-ce que pour profiter des vibrations sonores à l’intérieur de nous. Afin de réaliser combien le son peut-être apaisant ou revitalisant, je vous invite à chanter le son “Ah” trois fois. Pour ce faire, asseyez-vous dans une position confortable, de préférence dans un endroit calme, le dos droit.

Si vous avez des enfants, encouragez-les à faire l’exercice avec vous. En général, ils adorent. Bon, peut-être que ça dépend de l’âge des enfants, n’est-ce pas?

Puis, amenez votre attention dans votre abdomen. Prenez une grande inspiration et, à l’expir, chantez le son “Ah” le plus longtemps et le plus intensément possible. Recommencez 3 fois. Goûtez les bienfaits.

Source

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *