Mon défi de la semaine 8!

Cette semaine, je me propose de travailler à ouvrir mon cœur.

Mon défi de la semaine dernière a été très bénéfique. Il me permet de gagner en confiance en moi et dans mes rêves. En outre, il me permet de créer une énergie nouvelle, très agréable. J’ai décidé de le poursuivre pendant un mois.

Néanmoins, cela ne m’empêche pas de commencer une nouvelle pratique pour ressentir l’énergie et augmenter ma fréquence vibratoire, durant les 7 prochains jours. Je vais décrire plus bas une méthode en 7 étapes pour ouvrir son cœur. Auparavant, je vais faire un petit détour.

Retour à l’adolescence

Cette nuit, à 4 h du matin, je me suis réveillée après un cauchemar, qui m’avait ramenée à une période de mon adolescence. Préalablement à cette période, j’avais porté un corset et des lunettes pendant 6 ans. Les deux combinés avaient, en quelque sorte, constitué une armure entre moi et le monde. Quand j’ai atteint l’âge de 15 ans, l’éminent professeur qui surveillait mon dos et commentait la courbure de ma scoliose a déterminé que c’était assez. J’ai donc été libérée de la contrainte du plastique collant et de celle de me tenir en culotte une à 2 fois par an devant une dizaine d’étudiants en médecine. Presque simultanément, à cette époque, j’ai aussi commencé à porter des lentilles cornéennes et mes lunettes ont été reléguées au fond d’un tiroir.

Apprendre de nouveaux codes

À partie de là, j’ai essayé d’apprendre à nager entre ma vie de vilain petit canard en armure et celle de cygne que j’espérais devenir. (En fait, je l’étais déjà, cygne, mais je ne l’ai su que récemment. )

Pour ce faire, je recherchais l’approbation des autres. Je voulais être “validée”. En même temps, les autres aussi semblaient vouloir aller vers moi. Cela se faisait plus ou moins maladroitement. Il y avait toujours une distance. En effet, je n’avais pas comment ouvrir mon cœur de la bonne manière. Je donnais beaucoup (mon amitié, mes devoirs, mon écoute) mais pas inconditionnellement (puisque je cherchais de la reconnaissance). Je ne savais pas recevoir non plus.

Donc, ce cauchemar?

Dans mon cauchemar, j’étais avec un garçon qui semblait “me trouver à son goût” (comme on dit au Québec) et qui voulait sortir avec moi. Par contre, moi je ne voulais pas et, parce que cela se déroulait dans ma réalité actuelle, je voulais le lui dire. Deux parties se combattaient: la première voulant le ménager, la seconde voulant lui dire ses 4 vérités. (À l’époque, j’avais accepté de sortir avec lui et ensuite, il m’avait dit que je n’étais pas à la hauteur, que je manquais d’expérience, etc.. Je m’étais sentie comme un vilain petit canard sans armure.)

Aucune des deux possibilités ne me convenais. Je sentais que je devais faire un pas de plus et apprendre à ouvrir mon cœur. Je me suis réveillée avec beaucoup de tristesse au niveau de la poitrine.

Les blessures du cœur

“Le magasin des miracles”, une lecture pour le cœur!

Or, hier, j’ai retrouvé un livre que j’avais mis de côté depuis un an, intitulé “Le magasin des miracles“. Son auteur, James R. Doty, est professeur au département de neurochirurgie de l’Université de Stanford et directeur du CCARE (Center for Compassion and Altruism Research and Education – Centre pour la recherche et l’éducation de la compassion et de l’altruisme). Il a donc une double compétence, à la fois sur l’activité et les maladies du cerveau et sur le fonctionnement du cœur.

Il écrit qu’il est nécessaire d’ouvrir son cœur pour que nos blessures émotionnelles guérissent, “sinon elles continuent à nous faire souffrir. Parfois pour très longtemps.” En outre, j’ajoute qu’elles nous prennent de l’énergie et ce, d’autant plus si elles perdurent. À long terme, si on ne fait rien, elles sont nuisibles à notre santé, comme tout ce qui est énergivore.

Grandir

Toutefois, ces blessures peuvent se révéler très utiles, parce qu’elles nous font grandir et devenir meilleur, à condition que nous les écoutions. Les personnes “qui n’ont jamais de problèmes” (en fait, qui les ignorent, selon moi) ou celles qui ressassent les leurs sans rien faire “manquent quelque chose. Ils manquent la magie.” En plus de perdre de l’énergie. Bon, d’accord. Comment fait-on pour ouvrir son cœur?

La science et le cœur

Tout d’abord, peut-être savez-vous que la science occidentale a prouvé que le cœur a une intelligence propre. Cela me fait réagir moi-même d’écrire une phrase comme celle qui précède. En effet, en Médecine chinoise, on sait, depuis des millénaires, que c’est le cœur qui abrite la conscience (Shen). De plus, tous les méditants de ce monde expérimentent, depuis la nuit des temps, que la compassion vient du cœur et non de la tête. Mais bon, pour les sceptiques, c’est encore la science occidentale qui a le dernier mot. Donc, tant mieux si elle dit que le cœur a une influence sur le cerveau. Voici comment.

Variabilité de la fréquence cardiaque

Premièrement, précise James R. Doty, nous disposons d’un système nerveux autonome (SNA) – c’est-à-dire non soumis au contrôle volontaire du cerveau. En particulier, la portion du nerf vague qui monte au cerveau et qui est très innervé au niveau du cœur et des autres organes, fait partie du SNA.

En outre, comme vous le savez, le cœur se contracte et relâche plusieurs fois par minute. Quand on parle de fréquence cardiaque, on s’intéresse au nombre de battements ou pulsations par minute. Chez un adulte au repos en bonne santé, la fréquence cardiaque se situe entre 50 (chez un athlète) et 80 pulsations par minute.

Par contre, ce qui est moins connu, c’est que, lorsque le cœur est en bonne santé, la durée des intervalles entre les contractions varie. Ce phénomène est appelé variabilité de fréquence cardiaque (VFC). Or, le SNA influe sur la VFC.

Le cœur, leader autonome

Deuxièmement, ajoute James R. Doty, le cœur “pense par lui-même”. Il n’attend pas les ordres du cerveau et “envoie des signaux au reste du corps”.

Par exemple, en cas de peur ou de stress, la tonicité du nerf vague diminue. Cela active le système nerveux sympathique (SNS). En conséquence, la pression artérielle et la fréquence cardiaque augmentent. Diverses réactions peuvent s’ensuivre sans intervention directe du cerveau (transpiration, sécrétion d’adrénaline, libération de glucose, etc.). En résumé, une dose d’énergie est libérée pour amorcer un combat ou une fuite.
Curieusement, dans ce cas-là, la VFC diminue.

À l’inverse, lorsque nous sommes calmes, la tonicité du nerf vague augmente. À ce moment-là, c’est “l’expression du système nerveux parasympathique (SNP) qui prédomine”. Nous refaisons nos réserves d’énergie. Contrairement à ce que nous pourrions croire, la VFC augmente.

7 étapes pour ouvrir son cœur

Dans son livre, James R. Doty, donne plusieurs exercices pour apprendre à se détendre et à calmer son esprit. Je décris ici l’exercice pour ouvrir son cœur. Si vous avez besoin de précisions sur les exercices des étapes 1 et 2, écrivez-les dans les commentaires!

1- Se détendre

Tout d’abord, asseyez-vous dans un endroit calme. Prenez au moins 3 bonnes inspirations par le nez et expirez par la bouche. Puis inspirez et expirez par le nez. Si des pensées surviennent, revenez à votre respiration. Ensuite, amenez votre attention dans chaque partie de votre corps et détendez-là. Je commence habituellement par détendre les muscles des pieds. Puis je remonte dans les jambes, les cuisses. Par la suite, je détends les muscles des fessiers, de l’abdomen, de la poitrine. Je poursuis avec les muscles des bras, des avant-bras des mains, de la nuque. Je termine avec ceux de la tête et du crâne.

2- Respirer et faire le vide

Une fois que votre corps est détendu, concentrez-vous sur votre respiration. Pour ma part, j’amène mon attention au niveau de mes narines et je m’exerce à sentir l’air qui entre et qui sort. Si des pensées surgissent, je les laisse passer comme des nuages et je reviens à ma respiration. J’essaie de faire le vide complet dans ma tête.

3- Penser à une personne qui vous a aimé sans condition

L’objectif est de penser à quelqu’un qui vous a aimé sans rien attendre en retour. Je ne parle pas ici d’un amour parfait et sans souffrance. Si vous ne trouvez pas quelqu’un qui vous a aimé inconditionnellement, pensez à quelqu’un que vous aimez de façon inconditionnelle. Tout en continuant à inspirer et expirer, laissez-vous envahir par le bonheur que procure l’amour inconditionnel. Vous êtes aimé pour ce que vous êtes, avec vos bons côtés et vos imperfections. Ressentez l’énergie d’amour que cela procure. Sentez votre fréquence vibratoire augmenter.

Moi, je pense alternativement à mon mari, mes enfants, mes grands-mères et beaucoup d’autres! N’essayez pas de contrôler quoi que ce soit, ce n’est pas votre cerveau qui doit trouver la personne, mais votre cœur.

4- Envoyer de l’amour à quelqu’un que vous aimez

À présent, sans cesser d’inspirer et d’expirer, pensez à une personne que vous aimez. Envoyez-lui votre amour inconditionnel. De la même manière que vous avez reçu cette énergie d’amour, offrez ce cadeau à une autre personne. Elle se sentira aimée et protégée. Tout en envoyant cet amour, continuez à éprouvez ce que cela vous fait, à vous, d’être aimé sans condition. Reliez-vous à cette fréquence vibratoire particulière et propagez-la.

Propager l’énergie d’amour

5- Envoyer cet amour à quelqu’un que vous connaissez

Maintenant, restez avec votre respiration. Puis, goûtez de nouveau ce que cela vous fait d’être aimé pour qui vous êtes. Ressentez précisément ce que cela vous fait de savoir que les autres tiennent à vous avec vos qualités et vos défauts. Ensuite, pensez à une personne que vous connaissez, mais pour qui vous n’éprouvez pas d’amour particulier. Envoyez-lui de l’amour inconditionnel. Voyez-vous en train de la prendre dans vos bras, comme si vous étiez le Dalaï Lama. Souhaitez-lui du bonheur. Ressentez son bonheur. Laissez-vous envahir par cette énergie réconfortante.

6- Envoyer cet amour à quelqu’un avec qui vous avez des difficultés

Y a t’il une personne avec qui vous rencontrez des difficultés ou que vous n’aimez pas? Respirez. Pensez à cette personne. Voyez-la comme vous-même, comme un être imparfait, qui peut commettre des erreurs. Ensuite, pensez à la personne qui vous aime inconditionnellement. Reliez-vous à cette énergie d’amour. Puis, envoyez-la à la personne envers qui vous ressentez de l’antipathie. Bien qu’imparfaite et pleine de défauts, cette personne mérite de l’amour. En effet, c’est l’amour et non la colère qui, en se propageant, augmente notre fréquence vibratoire. Tout le monde en bénéficie, y compris la personne à qui vous l’envoyez et vous-même!

Ce matin, j’ai choisi d’envoyer de l’énergie d’amour inconditionnel au garçon de mon cauchemar. À l’époque déjà, il devait vivre de grandes souffrances. Ou peut-être que c’est moi qui ai interprété, à l’époque, puisque je ne m’étais pas écoutée. Plus tard dans la journée, j’ai choisi d’envoyer de l’amour à une personne avec laquelle j’ai connu de grandes difficultés il y a un an et envers laquelle j’ai nourri de la colère pendant plusieurs mois. J’ignore si la vie de ces deux personnes s’en trouvera changée, mais cela fait du bien de transformer ma manière de les considérer!

7-S’entraîner!

Pour conclure, je dirais que ma croyance est que la vie nous place devant des situations et des personnes qui sont là pour nous faire grandir. À chaque fois, nous avons le choix de rester sous les cailloux ou de nous élever. Pour l’instant, m’entraîner à envoyer de l’amour à chaque personne que je connais ou rencontre me paraît étrange. Et pourtant, en même temps, je comprends que cela m’apprends à changer le regard conditionné que je porte sur les gens.

Je vais m’exercer au cours de cette semaine et observer les résultats.

De votre côté

De votre côté, n’hésitez pas à me dire si vous avez essayé et ce que cela vous a procuré! Avez-vous observé des changements au niveau de votre énergie?

Source

Le magasin des miracles, James R. Doty

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  

4 commentaires

Clausse · 5 janvier 2019 à 04:57

Merci Isabelle pour ce beau témoignage de ta vie et pour cet article. Je n’ai pas de méthode particulière mais il m’arrive pour ma part d’envoyer un ”bon gros paquet d’amour” inconditionnel à des personnes inconnues que je croise dans la rue. Parfois ils me touchent par leur attitude ou je les trouve juste beaux, sympas, émouvants… Un enfant qui court après un pigeon, une personne en fauteuil, une femme qui me sourit simplement, un couple de personnes âgées attendrissantes ou même un chien… Je leur envoie une sorte d’élan de mon coeur. Un voeu pour que leur vie soit belle ou plus légère. Pour rien. Pour la vie. Pour eux. Des petits moments gratuits rien qu’à moi que je partage avec la vie qui me font du bien et qui, je l’espère, leur en font aussi un peu par les miracles de l’énergie 🙂

    Isabelle Burcheri · 5 janvier 2019 à 08:55

    Merci Jean-François pour ce témoignage.
    C’est vrai qu’il m’arrive moi aussi souvent d’être touchée par des personnes/enfants/animaux inconnues dans la rue. Jusqu’à présent, je me contentais de leur sourire. Désormais, je vais ajouter le “bon gros paquet d’amour” inconditionnel. Merci! Isabelle

Relaxation progressive 101 - Les clefs du Ki · 7 avril 2019 à 13:53

[…] plus zen, plus ancrés. C’est l’objet de livres comme « Le magasin des miracles », que j’ai déjà mentionné, ou « Le cerveau de Bouddha », de Rick Hanson et Richard […]

Changer son regard - Les clefs du Ki · 24 avril 2019 à 16:41

[…] Mais depuis, j’ai cheminé. J’ai appris beaucoup de choses grâce à la méditation et à l’énergie. J’ai aussi lu et mis en application “Le pouvoir de l’intention” de Wayne W. Dyer et “Le magasin des miracles” de James R. Doty, dont j’ai déjà parlé. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *