Dans cet article, j’aborde le sujet de l’éthique dans ma pratique, sujet un peu ennuyeux certes, mais ô combien important à mes yeux. En effet, travaillant dans le domaine du développement personnel et du bien-être, je suis en contact avec des personnes vulnérables. C’est pourquoi, il est important pour moi de décrire le code éthique que j’applique dans ma pratique.

J’ajoute qu’en France, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) met en garde contre certaines disciplines. Dans la liste publiée sur son site, on retrouve, entre autres, la kinésiologie et…le Reiki. Aïe! Aïe! Aïe!

Toutes les méthodes de développement personnel peuvent aboutir à des dérives

Si j’aborde ce sujet, c’est que j’ai, dans ma propre expérience, été victime d’une situation abusive que je décris ci-après. C’est d’ailleurs à l’issue de cette situation que j’ai décidé de devenir thérapeute. Parce que l’on apprend de ses erreurs, n’est-ce pas? Incidemment, il est important pour moi d’observer une éthique irréprochable, tant dans le choix de mes formations que dans ma pratique elle-même.

La petite histoire d’une thérapeute sans éthique

Ainsi, de 2011 à 2017, j’ai bénéficié des services d’une accompagnante en relation d’aide, professeure de yoga, de méditation et de Communication Non Violente. Oui, oui, tout ça.

Pendant les 3 dernières années, celle-ci me fournissait entre autres des services de coaching en développement personnel. Au cours de cette période, j’ai continué (parce que je l’avais commencé avant) un long travail personnel sur moi, qui me permet aujourd’hui d’être une adulte pleinement épanouie et heureuse. Ça, c’est au cas où vous en douteriez! Toutefois, même si je suis consciente de la responsabilité que j’ai eue dans ma transformation, je lui vouais une grande confiance. C’est pourquoi, en 2017, lorsqu’elle m’a demandé de lui régler plusieurs séances d’avance, j’ai accepté.

À partir de là, notre relation a commencé à devenir plus compliquée (rendez-vous annulés de sa part sans préavis, changement de lieux, etc.). J’ai alors décidé d’y mettre fin et lui ai demandé un remboursement. Elle a refusé, a cessé de répondre à mes demandes et mes appels, puis a tout simplement disparu sans laisser d’adresse et …sans me rembourser. Compte tenu du fait que je la connaissais depuis de nombreuses années, je n’avais pas vérifié auparavant qu’elle était enregistrée auprès d’une association quelconque, ni ne lui avait demandé de contrat de services. Elle n’était enregistrée nulle part et je n’avais rien d’écrit, sinon la preuve des paiements effectuées. Mes chances de recours étaient minces, voire inexistantes.

Il se trouve que j’étais alors (et que je suis toujours) dans une excellente santé physique, émotionnelle et mentale. Même si son attitude m’est restée en travers, cela ne m’a pas causé de tort irrémédiable. Cela aurait pu, si j’avais été plus fragile.

Quelle éthique pour les soins énergétiques que je pratique?

Alors qu’elles font partie des soins de base au Japon, les pratiques du Reiki et du Shiatsu (entre autres) ne sont pas (encore) réglementées en France. Cela signifie que la Loi ne les encadre pas. Par contre, parce qu’elles sont efficaces, de nombreuses formations sérieuses sont dispensées, dont plusieurs sont encadrées par un code de déontologie. Mon propre cadre éthique est basé sur ces codes de déontologie.

Les huit fondements éthiques à la base de ma pratique sont les suivants:

  1. Garantir une prestation optimale.
  2. Ne pas demander à la personne de se déshabiller.
  3. Vérifier l’état de santé physique et émotionnel de la personne
  4. Respecter la confidentialité.
  5. Ne pas établir de diagnostic.
  6. Ne pas demander à la personne d’interrompre son traitement médical.
  7. Ne pas promettre la guérison.
  8. Faire preuve de transparence sur mes tarifs, les modalités de paiement et de remboursement.

1- Garantir une prestation optimale

J’exerce mon art dans le respect total de la personne que je reçois. Tout d’abord, je fournis toutes les explications nécessaires sur les disciplines que le pratique. Ensuite, je m’astreints à une discipline quotidienne pour garantir une prestation optimale. De plus, je m’engage à maintenir mes connaissances et mes compétences au plus haut niveau, grâce à des formations et des stages continus. D’ailleurs, cela est vérifiable sur la page de ce site et en suivant les articles du blog.

2- Ne pas demander à la personne de se déshabiller.

La personne qui reçoit les soins n’enlève pas ses vêtements.
Une séance de Reiki ou de Shiatsu se donne sur une personne habillée. La circulation du Ki n’est pas entravée par les vêtements. Idéalement, la personne portera des vêtements confortables, retirera ses chaussures et ne portera pas de bijoux. Elle éteindra son téléphone portable ou tout autre appareil électronique.

3- Vérifier l’état de santé physique et émotionnel de la personne

En tant que praticienne en soins énergétiques, je demande à la personne qui s’apprête à recevoir des soins énergétiques de répondre à un questionnaire sur son état de santé physique et émotionnel, à la première rencontre. De plus, je m’assure que la personne a consulté un médecin pour les problèmes de santé qu’elle mentionne.

4- Respecter la confidentialité

En tant que praticienne en soins énergétiques, je m’engage à respecter la confidentialité des informations qui me sont fournies par le patient. Donc, je ne parle pas de votre dossier à quiconque, pas même à mon chat. Toutefois, si je devais parler de votre cas pour demander un avis professionnel à un collègue, par exemple, je ne mentionnerais rien qui permettrait à la personne de vous reconnaître.

5- Ne pas poser de diagnostic

En tant que praticienne en soins énergétiques, je n’ai ni la compétence ni le droit d’émettre un diagnostic.
Poser un diagnostic signifie dire à la personne de quelle maladie elle souffre. Seuls les médecins ont ce droit et cette compétence. Ils ont été formés en ce sens.
En ce qui me concerne, j’ai été formée pour aider à rétablir la circulation de Ki dans le corps de la personne. Et c’est déjà pas mal!

6- Ne pas demander à la personne d’interrompre son traitement médical.

En tant que praticienne en soins énergétiques, je ne demande jamais à une personne d’arrêter son traitement médical.
Certains traitements demandent un sevrage. Conseiller à une personne d’arrêter son traitement peut être dangereux pour elle. Quel que soit le traitement, seuls les médecins, là encore, sont compétents.

7- Ne pas promettre la guérison

En tant que praticienne en soins énergétiques, je ne promets pas la guérison. D’ailleurs, les médecins eux-mêmes ne le font pas!

Pour moi, une des premières qualités du praticien en soins énergétiques est l’humilité. D’ailleurs, vous m’entendrez souvent dire que ce n’est pas le praticien qui guérit. C’est le corps du receveur qui s’auto guérit, lorsque la circulation d’énergie, qui est passée par les mains du praticien, est redevenue harmonieuse. Je ne peux pas savoir quand cela aura lieu, ni même si cela aura lieu. De plus, même si les soins d’un praticien en particulier a soulagé de nombreuses personnes, il se peut que ceux-ci soient inefficaces sur une autre personne. Chaque personne est différente. Il est alors du devoir du praticien de reconnaître que ses soins n’ont pas d’effet et de recommander à la personne de consulter quelqu’un d’autre.

8- Faire preuve de transparence sur les modalité de paiement et de remboursement.

En tant que praticienne en soins énergétiques, je vous informe clairement sur les tarifs pratiqués, les modalités de paiement et de remboursement (le cas échéant). Parce que l’argent est une forme d’énergie, je trouve normal d’être rémunérée pour les soins que je prodigue, en toute transparence.

Voilà! J’espère que cet article sur l’éthique de ma pratique vous aura été utile! N’hésitez pas à me poser des questions!

Source: Les dérives sectaires dans le domaine de la santé, Miviludes

Dessin: Isabelle Burcheri

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  

2 commentaires

stéphanie · 4 octobre 2018 à 17:23

Bonjour Isabelle,
Ton message ne m’étonne pas du tout même s’il est décevant de constater
1) que des personnes véhiculent des informations fausses concernant une technique de soin “non traditionnelle” mais pourtant très efficace
2)que des personnes soient malhonnêtes envers d’autres (et sans doute donc envers elle-même) au point de disparaître dans la nature sans donner de nouvelles. Renforçant alors la crédibilité des discours des personnes du 1) d’ailleurs

Je te remercie pour cet article, il me donne envie d’en découvrir plus malgré le peu de temps à ma disposition pour découvrir de nouvelles choses!
J’espère aussi que je pourrai un jour bénéficier en présentiel de l’un de tes soins!

A très vite
Stéphanie

    Isabelle Burcheri · 5 octobre 2018 à 10:22

    Bonjour Stéphanie,

    Merci pour ton commentaire!

    Je suis contente que cet article te donne envie d’en apprendre plus, parce que ce n’est pas le sujet le plus “excitant” que je vais aborder dans ce blogue. Je sais que tu n’as pas beaucoup de temps pour découvrir de nouvelles choses, mais quand je vais arriver à mon défi, ce sera l’occasion pour moi de donner des petits trucs qui ne prennent pas beaucoup de temps et qui font des différences!

    Concernant l’éthique, c’était important pour moi de partager mon propre vécu, parce que, pour moi, le 3e principe du Reiki “Sois honnête envers toi-même et envers les autres” est vraiment très important (dans ma vie et dans ma pratique). Certes, j’ai été déçue par l’attitude de cette personne. Toutefois, c’est aussi cette épreuve qui m’a vraiment “mise sur les rails” de mon changement de vie et qui m’a permis d’identifier ce qui est important pour moi, d’une manière générale et en matière d’éthique, en particulier.

    Pour les soins, ce sera avec plaisir (mais ce sera plus facile dans un an!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *