Si nous ne sommes pas tous des chamanes, nous avons tous un chamane en nous.

Tel est du moins le postulat de départ que nous propose d’adopter Arnaud Riou dans la 10e étape de son programme pour adopter l’attitude du chamane.

Le chamane en nous est notre maître intérieur

Le chamane en nous est notre maître intérieur. Photo Image smokefish, Pixabay

En effet, le chamane intérieur est la partie de nous la plus sage. Pour intégrer se concept, il faut se référer à celui des 3 archétypes (ou sous-personnalités) dont j’ai parlé dans l’article précédent. À savoir: le maître intérieur, l’enfant intérieur et le médiateur.

De fait, le chamane (ou maître) intérieur, sait ce qui est bon pour nous. Il connait notre mission de vie. Donc, il sait quelles sont nos forces, ce sur quoi nous devons nous concentrer pour avancer.

Certes, il est rassurant de savoir que nous avons déjà toutes les réponses en nous. Mais, si nous avons tous un chamane en nous, comment se fait-il que certains se sentent perdus dans la vie?

Si j’ai un sage intérieur, comment se fait-il que je ne l’entende pas en permanence?

Tout d’abord, souvenez-vous qu’il se peut que votre enfant intérieur soit en détresse et prenne toute la place. Ce n’est pas pour rien que j’en parle souvent. Par exemple, ici et ici et encore ici. C’est-à-dire que si vous n’avez pas encore pris l’habitude de prendre soin de votre enfant intérieur, un certain nombre de blessures en lien avec votre passé peuvent vous gouverner. Oui, je sais, je n’arrête pas de le dire!

Résultat, vous pouvez être piloté(e) par vos peurs ou divers conditionnements. Incidemment, vous vous culpabilisez ou vous vous inquiétez de l’opinion des autres à votre égard. Et même, il se peut que vous entreteniez divers complexes. En d’autres mots, vous avez un saboteur intérieur qui vous empêche d’entendre la voix de votre propre sagesse.

Ou alors, il se peut que vous soyez sourd à la voix du discernement tout
simplement parce que vous ne vous donnez pas les moyens de l’entendre. En effet, le chamane intérieur n’est pas du style à prendre un mégaphone. Quoique!

Le Sage intérieur n’utilise pas de mégaphone. Photo Albrecht Fietz, Pixabay

En général, il se manifeste de manière subtile. C’est pourquoi Arnaud Riou vous invite à adopter une attitude d’ouverture, pas à pas.

Partir à la rencontre de notre chamane intérieur se fait de manière progressive, jusqu’au moment où nous l’entendons vraiment. Alors, il n’est pas rare que des personnes changent complètement d’orientation professionnelle après plusieurs années, même lorsqu’elles avaient une situation confortable. C’est ce qui arrive quand nous décidons d’écouter notre cœur ou notre sage intérieur!

À quelle famille appartient votre chamane intérieur?

Selon Arnaud Riou, il y a plusieurs catégories de chamanes. Ainsi, il y a notamment des chamanes guérisseurs, enseignants, ermites, artistes ou médiums.

C’est pourquoi il propose un exercice pour nous aider à déterminer à quelle famille appartient notre chamane intérieur.

Cela consiste tout d’abord à se déposer. Puis, à revenir à nos rêves d’enfant. (Parce que le chamane intérieur se manifeste dès l’enfance).

Alors, rappelons-nous de l’enfant que nous étions. Étions-nous plutôt rêveur? Étions-nous rassuré(e) au contact de la nature? Aimions-nous parler aux animaux, aux plantes, les soigner? Avions-nous des talents pour le dessin, la poésie? Est-ce que nous étions un enfant solitaire? Ou au contraire, rassembleur?

En nous remémorant l’enfant que nous étions, nous pouvons essayer de voir vers quelle famille de chamane nous semblions attiré(e). Arnaud Riou précise que toutes les catégories de chamanes ont pu nous influencer, mais qu’une devait prédominer sur les autres.

Se reconnecter à notre source

Pour ma part, j’ai fait l’exercice plusieurs fois, parce que j’avais du mal à me représenter l’enfant que j’étais. C’est-à-dire celle que j’étais véritablement, avant les influences de mon environnement. Au départ, je n’avais que quelques images disparates, de moi passionnée de lecture ou jouant avec mes sœurs dans la ferme. Le dessin et le vélo étaient aussi très présents.

Peu à peu, je me suis souvenue que j’aimais passer du temps avec les animaux, en prendre soin. Très jeune, avec une amie ou  ma sœur, nous nous inventions des histoires dans lesquelles la connexion avec les animaux était toujours très présente. Aussi, j’ai plusieurs fois rêvé que je soignais des gens ou que j’avais un refuge pour des animaux. Adolescente, pour trouver la sérénité, j’allais souvent marcher dans la forêt ou parler avec la jument que nous avions. Et puis, j’aimais écrire des poèmes ou être inspirée par la poésie des autres. Comme aujourd’hui, j’aimais être entourée tout en recherchant la solitude par moments. Et bien sûr, j’étais déjà passionnée par les chats!

Melo. Photo Isabelle Burcheri

Par la suite, je suis devenue citadine, mais je n’ai jamais complètement perdu la connexion à la nature. Minimalement, les lieux de résidence que j’ai aimés avaient un jardin ou étaient proches d’une forêt.

Aujourd’hui, j’ai la croyance que ma véritable nature est de donner des soins,  d’apporter du bien-être. Que ce soit à moi-même, à ma famille, à d’autres humains, à des animaux ou aux arbres de mon jardin. Dans mon monde, la santé est importante. Elle passe par l’écologie de soi en harmonie avec notre environnement. Enfin, les mots et l’écriture sont importants dans ma vie. 

Pour conclure

Comme vous avez pu le voir dans les autres “pas” que j’ai publiés, j’aime partager une pensée d’Arnaud Riou pour nous accompagner. Voici donc la citation du jour!

Je reconnais en moi les qualités qui m’ont été données à la naissance, l’aptitude à soigner, à être intuitif, à être créateur. Je reconnais mon unicité et mes pouvoirs. JE ME SENS LIBRE DE LES UTILISER AUJOURD’HUI.

Arnaud Riou

Je vous souhaite une belle rencontre avec votre chamane intérieur!

Sources:

Photo d’en-tête : photo smokefish, Pixabay

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *