Mon défi de la semaine 9!

Revenir au corps énergétique en 5 minutes, cela semble impossible. D’autant plus en ce moment où je suis beaucoup dans ma tête. En effet, comme vous le savez peut-être, j’étudie en Shiatsu. Or, depuis deux semaines, je suis dans des révisions plutôt intensives, parce que nous avons plusieurs examens théoriques la semaine prochaine. En plus, j’ai moins pratiqué le Shiatsu, parce qu’il y a eu des vacances. Du coup, je suis moins dans mon corps. Même si je n’ai pas délaissé ma routine matinale de méditation et yoga, je ne trouve pas beaucoup de temps à consacrer à la perception de l’énergie le reste de la journée. Et cela se ressent…dans mon énergie! En conséquence, pour cette semaine, je m’étais dit que j’allais juste…

Faire l’impasse sur mon défi.

Parce que prendre soin de soi et de son énergie, c’est aussi gérer ses priorités. Si je veux TOUT faire, je m’épuise. Si je m’épuise, mes réserves de Ki fondent comme neige au soleil. Et si, ces derniers jours, il fait assez « frette », pour que la neige reste, il n’en demeure pas moins que je veux rester en forme pour réussir mes examens. Mais je m’éloigne là.

En somme, pourquoi cet article alors?

Eh bien, il se trouve que la vie est bien faite (en tout cas, en ce qui me concerne). Ou alors, c’est que mon cerveau fait les bonnes connexions. Ou encore, que l’Univers m’envoie les messages qui me sont utiles. Bref, vous avez compris. Là où je veux en venir, c’est que j’avais décidé de me contenter de poursuivre le défi de la semaine dernière.

Quelque chose est arrivé qui m’a fait changer d’avis.

En fait, dans un de nos cours de la semaine dernière, nous avons abordé le sujet de l’accident vasculaire cérébral (AVC). Notamment, nous avons parlé des indices qui permettent de reconnaître qu’une personne est en train de vivre un AVC.  C’est-à-dire ce que nous pouvons observer extérieurement chez une personne dont un vaisseau sanguin a éclaté dans le cerveau.

Tout d’abord, il y a des signes qui précèdent l’attaque : engourdissement, paralysie, manque de force inhabituel, mal de tête beaucoup plus intense que ce que la personne a déjà vécu.

Ensuite, il y a d’autres éléments. Par exemple, son sourire s’affaisse d’un côté. Ou alors, c’est sa langue qui part de travers quand vous lui demandez de la tirer. (OK, ce n’est pas une demande que vous faites habituellement, mais là, vous avez un doute et vous voulez vérifier). Sinon, l’un de ses bras est plus bas que l’autre quand vous lui demandez de les lever. Outre cela, ou en sus, la personne n’est pas capable de répéter une phrase simple.

Vous reconnaîtrez que ce qui précède est fort utile, n’est-ce pas?

Mais quel est le rapport avec l’énergie et mon défi de cette semaine?

Ne vous inquiétez pas, j’y arrive.

En plus du cours, l’enseignant nous a recommandé la vidéo ci-après (en anglais, sous-titrée en français).

Cette vidéo met en scène une personne extraordinaire, Jill Bolte Taylor. Jill est une scientifique qui a consacré sa carrière à l’étude du fonctionnement cérébral. Entre autres, elle a travaillé pour le département psychiatrique de l’université d’Harvard. Or, un jour, un vaisseau sanguin a éclaté dans son hémisphère gauche.

Dans la vidéo, elle décrit ce qu’elle a vécu.

D’un coup, elle était aux premières loges pour observer de l’intérieur ce qu’elle avait étudié pendant plusieurs années. Elle explique comment elle a regardé ses fonctions cérébrales s’éteindre les unes après les autres : mouvement, parole, mémoire, conscience de soi, etc.

Ce qui m’a interpelée en premier lieu

Tout d’abord, Jill explique brièvement que les 2 hémisphères de notre cerveau sont bien séparés et qu’ils ont des fonctions distinctes. Ce que je savais déjà. Mais, elle en parle d’une manière différente de celle dont j’avais l’habitude. (À savoir que le cerveau droit est créatif et le cerveau gauche rationnel.)

Non, pour Jill, l’hémisphère droit et le gauche ont chacun leur propre « personnalité ».  Ainsi, le cerveau droit réfère au moment présent et à l’expérience sensorielle. Entre autres, c’est grâce à lui que je conçois que « je suis une source d’énergie connectée à l’énergie autour de moi » et aux autres. (Bon, en fait, le sujet des “Les Clefs du Ki”, c’est ce qui intéresse mon cerveau droit!)

Par contre, l’hémisphère gauche est pragmatique. Il a conscience du passé et du futur, des détails et « des choses à faire », du langage. Notamment, c’est par mon cerveau gauche que j’ai conscience du « moi » et que je me sens séparée des autres. (Finalement, c’est avec mon cerveau gauche que j’organise “Les Clefs du Ki”).

Ce qui m’a émue par la suite

Quand Jill décrit comment elle a perdu les connections de son cerveau gauche les unes après les autres, elle parle aussi de la curiosité intéressée qu’elle avait de se voir aller dans des tâches qui lui étaient auparavant habituelles. C’est comme si elle était devenue une sorte de conscience qui s’observait elle-même. Ensuite, elle parle de sa perception de l’énergie qui augmentait et à quel point elle était fascinée par l’énergie qui l’entourait. De plus, elle décrit le bien-être et l’euphorie qui l’habitaient.

À un moment donné, grâce aux reconnections ponctuelles de son hémisphère gauche, elle a réussi, au prix d’efforts énormes, à appeler les secours. Elle a été sauvée. Cette journée-là, elle s’est vue mourir et rester en vie. Elle a atteint le Nirvana, tout en se rendant compte qu’elle était vivante. Alors, elle a réalisé que si elle avait pu atteindre cet espace de paix et de compassion de son vivant, celui-ci était accessible à toutes les personnes qui sont en vie. Pour l’atteindre, il suffit de passer de notre hémisphère gauche à notre hémisphère droit.

Pour conclure sur le sujet

La recherche de l’équilibre est ce vers quoi nous devons tendre pour devenir des être complets

Pour finir, je dirais que cette vidéo m’a rappelé combien l’équilibre est important en toute chose. Si nous avons deux hémisphères, c’est sans doute pour les utiliser l’un et l’autre, de façon égale. Et que c’est l’équilibre qui nous aide à devenir des personnes plus complètes. Bien sûr, je parle ici du sujet de cette vidéo, mais cela s’applique à peu près pour tout : repos/activité, féminin/masculin, yin/yang, etc.

« Nous avons le pouvoir de choisir, à tout moment, qui et comment nous souhaitons être dans le monde. (…) Je peux entrer dans le conscient de mon hémisphère droit. Je suis la force de vie de l’univers. Je suis la force de vie de 50 millions de superbes génies moléculaires qui font de moi une entité. Ou bien, je peux choisir de rentrer dans le conscient de mon hémisphère gauche, où je deviens une seule personne. » Voilà, après ça, j’ai choisi un petit défi pour répartir la charge entre mes deux hémisphères!

Revenir au corps énergétique en 3 temps et 5 minutes

Plusieurs fois par jour, dans cette semaine où je sollicite beaucoup mon hémisphère gauche, j’ai choisi de mettre en pratique l’exercice suivant, afin de revenir dans mon hémisphère droit.

Cette pratique est proposée par Eckhart Tolle dans “Mettre en pratique le pouvoir du moment présent”.

Pour commencer, quand j’ai quelques minutes dans la journée, je m’étends au sol. Je ferme les yeux. Alors, je choisis différentes parties de mon corps, sur lesquelles je place succinctement mon attention. Habituellement, je commence par les pieds. Puis je poursuis dans les jambes, les cuisses, le bassin, le ventre, la poitrine, le dos, les bras, les avant-bras, les mains. Enfin, j’arrive au cou et à la tête. Pour chacune de ces parties, je reste environ 20 secondes, pendant lesquelles je cherche à ressentir l’énergie vitale qui les parcourt.

Dans un deuxième temps, mon attention visite mon corps de bas en haut et de haut en bas, plusieurs fois, comme une vague ou la lumière d’un photocopieur (oui, je sais, c’est moins poétique, mais tout aussi efficace) pendant environ une minute.

Dans un troisième temps, je m’attache à sentir mon corps énergétique dans sa globalité, comme un tout. Je reste avec cette sensation quelques minutes. Je cherche à être présente dans toutes les cellules de mon corps.

À quoi ça sert?

À chaque fois que je l’ai fait, je me suis sentie plus énergique après. En outre, j’avais l’esprit clair. J’étais aussi plus calme, plus présente. Parfois, cela m’a juste servi à arrêter de réviser et à changer d’activité. Ça m’a fait beaucoup de bien!

À vous de jouer!

Parfois, vous n’avez que 5 minutes pour souffler. En tout cas, c’est ce qu’il vous semble. Essayez cet exercice, cela vous permettra peut-être juste de prendre 5 minutes pour vous. D’autres fois, il vous permettra d’y voir plus clair dans votre agenda chargé de la journée! Essayez-le et dites-moi comment vous vous sentez après. Vous pouvez aussi juste me dire ce que vous avez ressenti en regardant la vidéo. À bientôt dans les commentaires!

Sources

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

Clausse · 14 janvier 2019 à 03:36

Merci Isabelle pour ce bel article et pour le partage de cette vidéo que j’avais visionnée il y a quelques mois. Elle m’avait fascinée tant cette expérience, vécue par une scientifique et une pédagogue épatante, était étonnante. Prendre le temps de s’observer de cette manière alors que son cerveau est en train de subir un tel ravage est assez stupéfiant. Pour ma part ma ”reconnexion” énergétique, je la fais dès le réveil par des exercices de respiration profonde afin de ”nettoyer” mes rêves ou cauchemars de la nuit. Mes breaks de la journée passent + par le physique. Chacun sa méthode mais pourvue qu’il y en ait une ! Car ce que tu évoques est important voire aussi vital que… l’énergie ! 😉

    Isabelle Burcheri · 15 janvier 2019 à 22:10

    Bonjour Jean-François,
    Je ne connaissais pas Jill Bolte Taylor avant la semaine dernière et cela manquait évidemment à ma vie, sans que je le sache. Je suis fascinée par les personnes passionnées, celles qui savent raconter des histoires, celles qui ont le sens de l’humour et celles qui parlent avec leur cœur. Jill cumule tout ça, visiblement!

    Pour la méthode, tu as raison. En ce moment, je commence par le physique le matin avec du yoga. Ensuite, j’enchaîne avec une méditation, puis des reconnections énergétiques dans la journée. Mais cela peut varier en fonction du temps que j’ai et de ce que dit mon intuition. Par contre, je ne suis plus capable de passer une journée sans faire l’un, l’autre ou les 3!

    Merci pour tes précieux commentaires. À bientôt!

Marie · 14 janvier 2019 à 22:40

Oui Isabelle, se coucher au sol fait du bien. Et Jon Kabat-Zinn en parle dans son livre, «Ou tu vas, tu es». On devrait se coucher par terre au moins une fois par jour. Il explique justement que le simple fait de se trouver au sol tend à clarifier les pensées. J’aime bien m’étendre sur le sol. En été sur la terre directement. Ça m’enracine! :-)). Bon courage avec tes examens. 🙂

    Isabelle Burcheri · 15 janvier 2019 à 22:14

    Bonjour Marie,

    Je suis d’accord avec le fait que se coucher au sol est un bon moyen pour se connecter à la Terre, comme tu le dis si bien. Toutefois, dans cet exercice, je propose aussi de faire une reconnexion énergétique (avec son propre corps énergétique). Je trouve cela plus facile de le faire couchée au sol, mais cela pourrait se faire assise ou debout. Bien évidemment, le fait de le faire en étant allongée au sol permet à la fois la connexion à la Terre et à notre corps énergétique, ce qui est doublement bénéfique!

    Merci pour les encouragements! 🙂

    Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *